Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.09
Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.13.37
Fractal
Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.43
Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.15.27
Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.31
Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.09 Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.13.37 Fractal Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.43 Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.15.27 Capture-d’écran-2020-10-15-à-16.14.31

Charlotte Gautier Van Tour

CV

Née en 1989
Vit et travaille à Marseille

 

Charlotte Gautier Van Tour est née en 1989. Diplômée et félicitée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2014, elle poursuit en tant qu’étudiante-chercheur dans le programme de recherche Reflective Interaction à l’EnsadLab jusqu’en 2017. Après avoir participé à plusieurs résidences telles que la Cité des Arts de Paris, la Villa Belleville, La Source ou encore la Casa de Velázquez, elle vit et travaille actuellement à Marseille.

Un des enjeux principaux qu’elle s’est fixé pour les années à venir est d’aborder la résilience et l’écologie dans ses installations. Pour cela, elle développe elle-même ses propres matières bio sourcées, recycle divers matériaux et privilégie l’économie locale tant pour sa consommation personnelle que pour sa production artistique (en achetant par exemple les pigments naturels et la spiruline qu’elle utilise à des producteurs du sud de la France).

Sa recherche est basée sur la révélation de mondes invisibles et le dévoilement des connexions entre les écosystèmes et les êtres. Il existe de grandes correspondances entre formes microscopiques et macroscopiques par exemple, car ce sont des lois universelles qui régissent l’organisation de la matière. Pour elle, l’art est une manière d’explorer l’interdépendance qu’il y a entre toute chose, d’interroger le concept de Nature, de confronter nos relations avec notre corps et avec d’autres espèces non humaines. La science est omniprésente dans son travail : dans ses processus de création, dans son atelier qui ressemble à un laboratoire, même dans ses expériences qu’elle archive et dans les documenta- tions qu’elle collecte (optique, sciences du climat, biologie) y compris les images et le vocabulaire qui nourrissent son imagination. Elle s’intéresse aussi aux cosmogonies, ces récits mythiques qui racontent l’origine et l’évolution de l’univers. Comme la science mais par l’imagination, ils essaient de comprendre l’origine et le fonctionnement des choses qui nous entourent. Cette exploration des mystères que contient notre monde est omniprésente dans son travail. Elle les sou- ligne, les réinterprète ou révèle leur magie avec une pratique phénoménologique. Les formes qu’elle crée sont organiques et découlent de gestes qui laissent une grande place au hasard et à la sérendipité.

Donec ut ultricies elementum ante. facilisis tristique Praesent mattis id, diam Curabitur